Français
English
Español
magazine étudier à l'étranger carrières internationales e-learning forums partenaires contact


MAGAZINE
Présentation
Actualité
Témoiniages
Dossiers Spéciaux
Tests  &  Examens

 Etudiants
S'inscrire
Trouver une formation
Rechercher un emploi
Le Conseillé Worldstudent

 Ecoles
Se référencer
Nous contacter

 Entreprises

Proposer une offre d'emploi
Consulter nos CV
Nous contacter

Edueuropa

 Recherche

Source : AEF

Australie :

IMMIGRATION. Les étudiants étrangers, qui paient environ 50 000 dollars australiens (31 000 euros) pour obtenir leur diplôme, ont un taux de réussite de 100% une fois qu'ils ont déposé une demande de résidence permanente dans le pays. Plus de 50% des candidats acceptés au programme d'immigration des étrangers qualifiés sont des étudiants suivant une formation en Australie. Environ 25% des étudiants étrangers font une demande de résidence permanente, souvent encouragés par les officiers de l'immigration qui soulignent qu'obtenir un diplôme leur fait gagner du temps et des points dans le système de demande de visa permanent.

RECHERCHE. Le gouvernement envisage de créer un nouveau conseil national de la recherche destiné à coordonner toutes les activités de recherche du pays dans le cadre d'une réforme de la recherche publique. Une autre option envisagée serait une fusion des deux agences actuelles: l'ARC (Australian research council) et le NHMRC (National health and medical research council). Quoi qu'il en soit, le nouvel organe aurait une forte influence en matière de budget dans l'éducation, la science, l'industrie et la santé.

Royaume–Uni /Irlande :

BOURSES. Pour motiver les jeunes à poursuivre des études en sciences malgré les perspectives d'endettement, l'Institute of physics britannique est prêt à offrir des bourses annuelles de 1 000 livres (environ 1 500 euros) aux étudiants les plus défavorisés. Baptisé "IoP Undegraduate bursary scheme", ce dispositif devrait entrer en vigueur à la rentrée 2006. Il aura recours au système gouvernemental d'évaluation des ressources mis en place pour les "top-up fees" (droits d'inscription supplémentaires) pour sélectionner les bénéficiaires.

CELLULE EUROPE. L'association UUK (Universities UK), qui rassemble les vice-chanceliers des universités britanniques, a créé le mois dernier une cellule Europe afin de mieux maîtriser la législation européenne en matière d'enseignement supérieur et de recherche et ses implications pour le pays. Elle devra également coordonner la participation des universitaires britanniques aux débats européens et représenter l'ensemble du secteur via des déclarations et des actions de lobbying communes.

PRIVATISER. Le gouvernement irlandais devrait permettre aux universités de quitter le secteur public et de se doter d'un statut privé, conclut l'HEA (Higher education authority) dans un rapport à remettre à l'OCDE. Les trois plus grandes universités du pays (University college Dublin, Trinity college Dublin et University college York) seraient les mieux adaptées pour amorcer cette mutation qui, selon l'HEA, leur permettrait de devenir plus compétitives sur un plan international, de renforcer leurs liens avec l'industrie, de se spécialiser, d'augmenter les salaires et de recruter les meilleurs chercheurs.


Allemagne :

INNOVATION. Le chancelier Schröder a réaffirmé son souhait de voir le budget de la recherche et de l'innovation s'élever à 3% du PIB d'ici 2010. Lors d'une rencontre sur le sujet, il a demandé au ministre de l'Économie davantage d'argent pour le lancement de produits innovants. Ce sommet rassemblait trois ministres, plusieurs présidents de grosses entreprises et des représentants des universités et d'établissements de recherche.

OR. Le chancelier Schröder s'est prononcé pour vendre une partie du stock d'or de l'Allemagne et en faire profiter la recherche et le développement de l'innovation. Il estime que cela pourrait servir à financer une fondation dont les profits seraient investis dans la recherche. Mais la décision finale revient à la Banque fédérale.

CONCOURS. Le gouvernement tient absolument à créer une ou plusieurs universités d'élite même si les réactions restent mitigées et le ministère fédéral de l'Éducation veut organiser un concours afin de déterminer les cinq établissements au maximum qui pourraient le devenir et recevoir ainsi un supplément de subventions de 50 millions d'euros par an pendant cinq ans. Le premier tour débuterait au printemps 2004 et les universités devront remettre un projet expliquant comment elles comptent se hisser au niveau mondial.

 








magazine étudier à l'étranger carrières internationales e-learning forums partenaires contact